Poulets grillés de Sophie Hénaff a été élu prix du polar 2015 des lecteurs de la Librairie Les Arcades
Informations pratiques
La librairie a aimé...
15, rue de la République
71700 Tournus
0960171122
librairielesarcades@orange.fr
 
 
Le coup de cœur du mois : Sandrine Collette "Il reste la poussière" Editions Denoël 19,90 €.
Dans une estancia perdue de Patagonie, 4 frères (4 gamins) triment sous la coupe implacable de leur mère et n’ont d’autre univers que leurs bêtes : vaches, moutons, chiens et chevaux. La seule distraction des grands : martyriser le petit dernier. 
Un jour « le petit » part dans les montagnes avec son cheval à la recherche de 2 bêtes échappées. Et la vie de la famille va basculer 
Un roman à 5 voix, sauvage comme le pays et lucide comme la peinture d’un autre temps où haine, douleur, et sauvagerie composent chaque page. 
Sandrine Collette nous avait déjà régalés avec ses polars : 6 fourmis blanches, un vent de cendres et des nœuds d’acier. Elle nous offre maintenant un très grand roman
Horaires d'ouverture
Mardi à Vendredi 9h30-12h/14h-19h
Samedi  9h30-12h30 / 14h30-19h
Fermé le Dimanche et le Lundi 

La saison des Bijoux
Eric Holder
Editions du Seuil
18,50 €
 

Il était une ville
Thomas B. Reverdy
Flammarion
19 €


Le piéton de Rome
Dominique Fernandez
Editions 
Philippe Rey
19 €
Vous trouverez
Littérature française et étrangère, livres pour la jeunesse, BDs, mangas, vie pratique, beaux-livres, scolaire et parascolaire,disques, DVDs, papeterie et carterie
Animations récentes et à venir
Commandes
La suite de Pierre et le loup : Le canard est toujours vivant ! 
Bernard Friot a dédicacé samedi 5 décembre de 10h30 à 12h30
Pour commander un livre cliquez sur l'icône ci-dessus  
On s’est bousculé avec Bernard Friot samedi matin à la librairie pour la suite de Pierre et le loup : Le canard est toujours vivant ! 
Le bouche à oreille a bien fonctionné et de nombreux clients ont patienté samedi matin pour rencontrer Bernard Friot l’auteur pour la jeunesse venu accompagné de Chloé Stiefvater musicienne de l’orchestre Victor Hugo de Besançon. Nous avons failli être en rupture de stock. 
En point d’orgue Bernard Friot a pu assister à une mini représentation d’un extrait d’un de ses livres par Sandrine Berettoni et Catherine Nicoleau de l'atelier-théâtre des Lilas (à Tournus) sous la direction de Marie-Claude Duxin-Delrieu
Carte de fidélité
Pour en bénéficier cliquez sur l'icône ci-dessus  
Petite promenade dans la librairie
Les rayons littérature, polars et beaux-livres
A 11 h Sandrine Berettoni et Catherine Nicoleau de l'atelier-théâtre des Lilas (à Tournus) sous la direction de Marie-Claude Duxin-Delrieu présenteront un texte de Bernard Friot Façons de parler (Nouvelles histoires pressées) durée 5 minutes 
Description  
Tout le monde connaît l’histoire : Pierre, avec l’aide d’un oiseau, ... 
« Poulets grillés » de Sophie Hénaff lauréat du prix 2015 du polar des lecteurs de la Librairie Les Arcades de Tournus 
Le jury, cette année enrichi de Jocelyne, s’est réuni samedi soir au restaurant La Bohème, rue de la République à Tournus 
Entre 2 délicieuses spécialités concoctées par le chef nous avons élu le roman "Poulets grillés" de Sophie Hénaff paru aux éditions Albin Michel 
4 tours ont été nécessaires , mais ce titre a toujours mené la course en tête et a été le seul à recueillir à chaque tour des voix de tous les membres du jury. 
Une équipe de "bras cassés" (pas le jury ! mais les héros) est mise sur pied par la direction de la PJ et on lui confie une liste de vieilles affaires impossibles et enterrées pour la plupart. 
Ces "poulets grillés" sont pour diverses raisons sur la touche : bavures, maladies à répétitions, alcoolisme, mauvais œil, exclusions, etc. 
Une commissaire de renom, elle-même écartée pour bavure, en prend la direction et elle monte son équipe après avoir réussi à récupérer quelques troupes parmi la centaine de noms qui lui est donnée. La première tâche consiste à aménager des bureaux dans un vieil appartement.... 
Un roman divertissant bien sûr, rafraichissant, enlevé et plein d'humour qui se lit d'une traite et qui a fait l'unanimité 
 

Petite promenade dans Tournus
utorisation de Jeanine Rozier
Et au milieu coule une rivière...
Le cinéma municipal La Palette
4ème de couverture 
Le 36 quai des Orfèvres s’offre un nouveau patron. Faire briller les statistiques en placardisant tous ceux qu’on ne peut pas virer et qui encombrent les services : tel est le but de la manœuvre. 
Nommée à la tête de ce ramassis d’alcoolos, de porte-poisse, d’homos, d’écrivains et autres crétins, Anne Capestan, étoile déchue de la Judiciaire, a bien compris que sa mission était de se taire. Mais voilà, elle déteste obéir et puis il ne faut jamais vendre la peau des poulets grillés avant de les avoir plumés ! Un polar original, nerveux, et désopilant.
Bon à savoir et informations diverses
La librairie aime et soutien le projet 
Album "IMMORTELS"
(A.HERMANN / P.CORBI ).
Venez vous aussi les découvrir et les supporter dans le lien ci-contre
C’est une honte 27 janvier 2016
Après avoir découragé les clients de venir dans le centre ville en doublant le nombre de places de stationnement payant, voici maintenant que la municipalité incite les commerçants de la rue Désiré Mathivet à partir. 
Le conseil municipal du 26 janvier a adopté un document qui incite fortement les commerçants de la rue Désiré Mathivet à se « relocaliser » entre la mairie et la place Lacretelle. Les locaux libérés seraient réaménagés en logements, garages, etc. 
Le but est maintenant on ne peut plus clair : assécher et désertifier le centre pour justifier la mise en place de 2 supers projets immobiliers à la périphérie 
Pour cela une stratégie on ne peut plus claire aussi, mais malheureusement pas pour tout le monde ! 
- On commence par doubler le nombre de place de stationnement payant dans le centre (sans aucune visibilité sur les modalités) ce qui conduit à la fermeture des commerces mois après mois et nous amène à un taux de vacance commerciale 2 fois supérieur à la moyenne départementale 
- Puis on incite les commerçants à partir et ainsi la baisse de l’offre continuera à s’amplifier 
- On justifie les mesures sous couvert de « revitalisation du centre ville » en s’appuyant sur des études aussi farfelues qu’onéreuses qui passent directement de l’état des lieux à la préconisation de solutions sans faire de véritable diagnostic 
- On supprime un ½ poste au cinéma du centre ville et de ce fait et on le rend moins attractif en le fermant 2 à 3 jours par semaine, et notamment le mercredi après-midi 
- On rase la salle des fêtes du centre ville sous prétexte qu’elle n’est pas adaptée 
- Pour les remplacer on construira à la périphérie avec les fonds publics et un emprunt un gigantesque complexe multifonctionnel (2400 places, brasserie) que l’on donnera au privé. 
- On prend prétexte que les futurs éventuels investisseurs potentiels probables de la future zone d’activité promise au nord veulent avant d’envisager la possibilité d’étudier un projet d’implantation que l’on mette des commerces et des enseignes au pied de leurs locaux pour construire un centre commercial avec galerie marchande. 
- On amuse la galerie en prenant des mesurettes de soutien au centre ville : masquer les vitrines des commerces inoccupés avec des gommettes, faire miroiter la mise en place d’un « click and collect » pour dynamiser le commerce (mesure qui se chiffre en centaines de milliers d’euros), étudier la mise en place d’un office du commerce chapeauté par un employé de la mairie(si si ! j’avais cru comprendre que l’on avait déjà une association de commerçants), multiplier les animations telles que les marchés nocturnes supposés attirer les touristes alors qu’une petite ville avec des commerces de proximité ouverts est certainement beaucoup plus attractive, etc. 
Au bout du compte et après des millions d’euros d’endettement qu’auront les tournusiens ? 
Rien de plus puisque un cinéma on en a déjà un, une salle des fêtes on en a déjà une, un restaurant et une brasserie on en a déjà plein et des bons et un supermarché on en a déjà 4. 
Pardon, on aura quelque chose de plus. Une dette colossale puisque ces projets inutiles (dont la liste précédente n’est pas exhaustive puisqu’il faut ajouter un rond point, une cuisine au cellier des moines, des incitations financières pour que les commerçants partent, le financement des diverses études et bien sûr des infrastructures pour accompagner tout cela) tripleront au minimum le taux d’endettement par habitant. 
Quoiqu’il se dise et comme il n’y a pas de génération spontanée les impôts augmenteront obligatoirement et pas qu’un peu. 
Ne serait-il pas possible puisque les objectifs (affichés et claironnés) sont de revitaliser Tournus et son centre d’utiliser la place libérée par le Madeleine Palace et les locaux techniques de la mairie pour faire un cinéma au moins aussi bien que La Palette, une salle des fêtes dimensionnée pour Tournus et ses activités et un parking avec la place restante ? Le tout à bien moindre coût qu’une salle multifonctionnelle de 2400 places 
Ne serait-il pas possible de consacrer une partie des millions qui vont être dépensés à réhabiliter les ruelles qui font le charme de notre ville et qui à coup sûr attirent les touristes. 
Ne serait-il pas possible aussi de mettre en place un système de stationnement d’1h30 gratuite dans tout le centre et de le signaler clairement. Cela aurait le double intérêt d’éviter les « voitures ventouses » qui chagrinent tant certains et de permettre aux chalands de faire tranquillement leurs achats dans le centre. C’est ce qui se fait dans des petites villes de la taille de Tournus : Cluny, Louhans, Chagny et qui ont des taux de vacances commerciales 2 fois moins élevés que Tournus. 
Ne serait-il pas temps de faire des projets à destination des tournusiens ? L’avenir de Tournus est dans Tournus, la ville n’a aucune raison d’être malade et ne demande qu’à vivre si on arrête de lui donner des coups 
Avec ces mesures (cinéma, salle des fêtes, ruelles aménagées, stationnement plus souple et plus pratique) gageons que Touristes et habitants du Tournugeois reprendraient le goût et l’habitude de venir dans le centre, que les commerces refleuriraient et que l’on recommencerait à s’y sentir bien. 
C’est bientôt le printemps c’est le temps de s’y mettre.
La « Librairie Les Arcades » de Tournus a le plaisir de vous annoncer que le Ministère de la Culture et de la Communication vient de renouveler fin Septembre 2015 pour 3 ans la labellisation LIR « Librairie Indépendante de référence » de la librairie 
Extrait du communiqué de presse publié à l’issue du décret du 23 août 2011 : Le label de librairie indépendante de référence, créé par la loi de finances pour 2008, a été attribué pour la première fois en 2009 par Frédéric Mitterrand. Il distingue aujourd’hui des librairies en métropole et outre-mer pour l’étendue de leur assortiment, leur rôle pour la promotion de la littérature de qualité et pour l’animation culturelle de nos villes.